samedi 31 mars 2018

Une émission radio sur Cesare Pavese

Il y avait une belle ambiance hier à la salle Jean Moulin, à l'université Paul-Valéry!
Les étudiants de la licence LLCER d'italien et les élèves du Lycée Pompidou de Castelnau le Lez ont enregistré en public une émission radio sur Cesare Pavese, conçue par Michel Arbatz (Brigade d’Intervention poétique), le 30 mars 2018 à 9h30.
Les étudiants et les élèves ont lu les poèmes de l’écrivain italien pour faire connaître son oeuvre au grand public.
Différentes radios vont transmettre cette émission, parmi lesquelles Radio Campus Montpellier et Radio Aligre Paris.


 
Il sera possible d'écouter l'émission sur le site de Michel Arbatz et les archives de la BIP

Cet événement a le soutien de l'Université Paul-Valéry, IDEFI Initiatives d’excellence en formations innovantes, de la DAAC Académie de Montpellier, de la Métropole de Montpellier et du Lycée Pompidou de Castelnau-le-lez.
La DSI-SUN de l'Université Paul-Valéry a assuré l'enregistrement de l'émission, avec le soutien de la MDE pour la salle Jean Moulin.

Michel Arbatz et Moni Grégo ont animé des laboratoires au lycée et à l'université afin de préparer les jeunes à l'émission en leur donnant des conseils précieux sur la manière d'interpréter les poèmes. Ce projet a été coordonné par les professeurs d'Italien Angela Biancofiore (Université) et Agnès Bessières (Lycée Pompidou), avec la collaboration de Romano Summa, Mariline Pascaud et Andrea Casula.

La poésie de Pavese a bien résonné hier dans le coeur des jeunes étudiants et des élèves,
la musique de ses vers évoquant la nature et la guerre, le travail et l'amour nous ont faits pénétrer au plus profond de la création de l'auteur: en toile de fond l'Italie de la deuxième guerre mondiale, la Résistance et la Libération.


L’enfant s’est aperçu que l’arbre était vivant
Si les feuilles nouvelles se fraient vers la lumière
un chemin par la force en brisant sans pitié, la dure écorce doit souffrir infiniment.
Et pourtant elle vit en silence
(Pavese, Art  poétique)




 Nous avons cette seule vertu : commencer
chaque jour notre vie – devant la terre,
sous un ciel silencieux – dans l’attente d’un éveil.

(Pavese, Fin de l’imagination)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire